Un pays appelé Mali

 

10144

Source: Google photo de Tombouctou au Mali aujourd’hui.

Synopsis: Chaque pays dans lequel j’ai visité ou vécu pendant mes longues années de travail dans le développement rural est unique, le Mali est également unique, mais ses habitants sont tellement plongés dans la pauvreté et le désespoir qui vous touchent le cœur. Ils sont comme les autres pauvres qui aspirent à une vie meilleure mais leurs rêves ne sont pas réalisés. Il y a des siècles, ils avaient une glorieuse réputation en tant que centre d’éducation et de commerce à Tombouctou, mais n’importe qui peut-il vivre de son passé, aussi glorieux soit-il?

 

Imaginez un pays 2 fois plus grand que la France avec une population de seulement 19 millions d’habitants, ce qui ne représente que 1/4 de la population de la France. Imaginez un pays vaste de 1,2 million de km2, mais en grande partie désertique où seuls les nomades les plus endurcis gagnent leur vie en pitoyables en élevant leurs chèvres et leurs vaches. Imaginez un pays si embourbé dans la pauvreté et la médiocrité des infrastructures qui embrouille l’esprit. C’est ce qu’on appelle le Mali que la plupart des gens dans le monde ne prêtent pas beaucoup d’attention et encore moins à le trouver sur la carte.

Map of Mali

Source: Carte du Mali

Mais un jour, j’ai été invitée à y travailler en tant qu’agronome, alors j’ai fait mes valises et je suis arrivée à l’aéroport de Bamako avec ma jeune femme, un bébé et une fille nouveau-née dans la chaleur ardente de l’été et j’ai essayé de protéger nos enfants de la chaleur pour les sauver de la déshydratation.

L’aéroport était un endroit sombre avec très peu de gens, donc il avait un air désert en dehors de sa zone d’arrivée minable et poussiéreuse où un policier ennuyé a tamponné notre passeport avec indifférence et s’est probablement demandé pourquoi quelqu’un se donnerait la peine de venir ici parce que le pays était un tel endroit désolé plein de pauvreté, de maladie et de corruption.

Nous avons été conduits à l’énorme monstre d’un hôtel près du fleuve Niger appelé l’hôtel Amitie où l’ascenseur était enveloppé de peaux de boa. C’est là que les étrangers sont restés parce que les autres hôtels étaient assez médiocres, donc ils ont payé le prix fort. Le climatiseur a soulagé la chaleur oppressante à l’extérieur mais il n’y avait pas grand-chose à voir de toute façon. La rivière avait l’air attrayante car elle avait l’air fraîche et verte, mais nous avons vite appris que se baigner dans la rivière était plein de danger car son eau transportait les larves de l’insecte mortel qui causait une maladie appelée bilharziose ou cécité des rivières. Les larves entraient dans votre corps et se retrouvaient dans vos yeux, provoquant la cécité. Plus tard, j’ai vu des personnes atteintes de cette maladie qui me faisaient frissonner mais le pire n’était pas encore venu.

Derrière l’hôtel, on trouve des tisserands accroupis dans de la terre tressant des bandes colorées de tissu de coton sur un métier à tisser fait  de fusée de vélo et de cordes afin qu’ils ne puissent tisser qu’une bande de 4 pouces de large qu’ils joindraient plus tard pour faire un morceau de tissu plus large. Je verrais plus tard une variété de produits artisanaux grossièrement fabriqués mais achetés par des étrangers qui ont vu l’originalité dans la crudité du Mali.

Si vous vous êtes promené vers le centre-ville, vous serez assailli par la puanteur des ordures et les gouttières pleines d’eaux usées mais la brochure touristique malienne qualifie Bamako de ville délicate. Vous verrez d’énormes femmes maliennes dans des robes colorées mais qui ne cachent pas leurs goitres. Les oursins se rassemblent autour du seul petit magasin où les étrangers peuvent acheter du chocolat ou de la crème glacée importés, entre autres choses, mais vous apprendrez bientôt à ignorer leurs mains tendues. Les véhicules majoritairement français dans les rues sont principalement conduits par des étrangers pour vous rappeler que le Mali était une colonie de la France il n’y a pas si longtemps et reste fermement sous leur influence.

Vous serez surpris par le nombre de véhicules conduits par de nombreuses ONG étrangères avec leurs autocollants insignes sur le côté des véhicules. Plus tard, vous rencontrerez certains d’entre eux et découvrirez ce qu’ils font vraiment au Mali. Ils se réunissent dans quelques restaurants comme Trois caïmans et Lido en dehors de la ville parce que manger de la nourriture de rue est risqué pour ceux qui peuvent avoir un estomac faible ou ne pas aimer la purée de manioc ou la pâte de sorgho insipide qui semble être le pilier du régime malien avec les aliments séchés et le poisson-chat fumé qui dégage une forte puanteur dans toutes les directions.

J’étais nouveau ici, mais j’ai vite remarqué quelque chose qui m’a fait penser à quelque chose de sinistre en perspective dans ce pays abandonné de Dieu. C’est quand j’ai vu un musulman fanatique crier des insultes et des injures à un propriétaire de magasin qui vendait de la bière. Personne ne lui a prêté attention, mais cela m’a fait penser que cela pourrait être le début de quelque chose de très grave qui devait se produire dans le futur. J’y reviendrai plus tard dans ce blog.

Ensuite, vous vous dirigez vers Sikasso qui se trouve à environ 400 km au sud-est, mais la route est carrossable car il y a très peu de véhicules sur la route. La seule ville importante à mi-chemin de Sikasso est Bougouni où vous pouvez vous arrêter pour manger dans un restaurant minable plein de mouches dirigé par un camarade libanais qui propose un menu de choix très limité mais un public plein d’enfants en haillons qui vous tendent la main en supplication. Leurs visages non lavés pleins de mouches dont ils essaient de s’éloigner avec très peu de succès montrent  de la pauvreté au Mali à laquelle vous commencez bientôt à vous habituer. Les femmes en robes colorées et goitre ne sont pas trop loin derrière qui peuvent être vues accroupies à l’ombre des arbres pour échapper à la chaleur brutale mais pas aux mouches.

3f2da98c288add5d5552617a44092ad3

Source: Google photo d’une femme peul avec un énorme ornement en or suspendu à une corde

Le long de la rue, vous trouverez de petits marchés où les femmes peules et autres sont assises sur la terre avec tout ce qu’elles ont à vendre. Les femmes peules portent d’énormes boucles d’oreilles en or qu’elles tiennent avec des cordes attachées à la tête car l’or est lourd. Vous serez surpris de cet étalage d’or dans un pays si pauvre mais alors vous n’êtes probablement pas au courant de l’histoire et des ressources naturelles du Mali donc je vais vous le dire.

Les Fulanis sont les nomades que j’ai mentionnés ci-dessus qui possèdent du bétail, des moutons et des chèvres. Ils se déplacent beaucoup avec leur troupeau toujours à la recherche d’herbe verte et d’eau pour leurs animaux, ils font donc des abris temporaires à l’extérieur des villages. Ils vendent le lait et le beurre et parfois la chèvre et les moutons pour la viande. Ils économisent leur argent et achètent des ornements en or pour les femmes et achètent également des colliers en ambre. Ils ne croient pas aux banques, alors portez toute leur richesse sur eux car ils sont nomades.

3a7daeb09b6ee95b01d20455fa7148d9 (2)

Source: Google photo d’une femme peul avec des bijoux en ambre et en or

Les autres Maliens sont sédentaires, ils vivent donc dans de petits groupes de villages faits de maisons rondes ou carrées de boue avec un toit de chaume qui peuvent être assez éloignés les uns des autres . Je devais découvrir à quelle distance plus tard, mais nous avons vu certains de ces villages le long de la seule et principale autoroute allant du sud-est à Sikasso où je devais rester et travailler.

Une chose que vous remarquez tout de suite lorsque vous quittez la périphérie de la capitale est qu’il n’y a pas de route loin de l’autoroute principale, donc il n’y a que des piste vers leurs villages qui sont presque impraticables chaque fois qu’il pleut. Leurs villages primitifs n’ont ni eau, ni électricité, les routes et les écoles primaires ou les centres de santé mais ont toujours une mosquée où les mollahs gèrent des écoles coraniques pour les enfants parce que la plupart des Maliens sont musulmans.

People / Grain Storage / Village / Mali | SD Stock Video 854-091 ...

Source: Google photo d’un villageois filant du fil de coton près de son bac de stockage de céréales

Vous ne verrez pas de fermes bien plantées depuis la route, mais vous verrez le désert sans fin de petits arbustes et des hectares de termitières appelées tabourets de crapaud. Il n’y a pas de fermes massives parce que l’agriculture se fait strictement à la main, bien que certains agriculteurs aient des charrues tirées par des bœufs. Les agriculteurs cultivent du coton, du maïs, du sorgho, des arachides et du riz dans certaines plaines, de sorte que le maïs et le sorgho sont leur principale source de nourriture. La protéine provient occasionnellement de poisson séché fumé  ou de poulet. Ils portent des vêtements de coton grossier filés à la maison tandis que les femmes vont poitrine nue dans les villages portant seulement un paréo pour couvrir les jambes.

Il y a longtemps, le Mali était un pays au croisement du commerce subsaharien qui passait par Tombouctou au nord, devenu célèbre pour son université qui a prospéré il y a des siècles. Il est devenu un centre commercial riche en apportant des marchandises de nombreux pays ainsi que des universitaires qui ont étudié à l’université. Sa bibliothèque était riche en livres, parchemins, documents et manuscrits anciens dont certains existent encore mais en triste état de lambeaux sur des étagères décrépites. Tombouctou a perdu son glamour et sa place en tant que centre d’éducation, mais certains échanges se poursuivent comme auparavant. Vous pouvez toujours voir les caravanes de chameaux chargés de sel qui s’arrêtent là.

Turareg festival near Djanet in the Hoggar mountains, Algeria ...

Source : Photo Google des touaregs en Algerie

Au nord de Tombouctou, vous arriverez à la frontière sud de l’Algérie pleine de montagnes du Hoggar où vivent les nomades touaregs à Tamanrasset et dans la région entre le Mali et l’Algérie. Ils sont comme les nomades peuls avec une nette différence. Il y a une séquence violente en eux qui alimente l’intégrisme islamique qui se répand maintenant dans le sud de l’Algérie et du Mali et qui menace toute la région d’effusions de sang et de terrorisme. L’islamiste maudit de Bamako que j’ai mentionné plus tôt n’était que le début de ce mouvement qui, plus tard, allait faire des milliers de morts.

On dit que plus les conditions de vie sont dures, plus les djihadistes deviennent impitoyables dans leur zèle pour répandre leur marque d’islam en utilisant la violence et la terreur pure, de sorte que le Mali est devenu un champ de bataille idéal étant donné les conditions de vie très difficiles dans le nord. Le fleuve Niger y monte en courbe et traverse le Niger à l’est qui leur fournit du poisson et une voie de transport fluviale mais pas grand-chose d’autre. Les poissons qu’ils y trouvent sont séchés et fumés pour un transport plus facile vers d’autres parties du pays.

Le Mali est appelé pauvre en ressources, bien que certains gisements d’or se trouvent dans certaines régions. Les femmes peules portent plus d’or sur elles que quiconque que je connaisse dans le monde, bien que la fabrication reste au mieux médiocre. On ne sait pas où ils trouvent tant d’ambre. Les Peuls protègent leurs femmes et leur troupeau d’animaux avec des fusils.

La partie sud est endémique au paludisme, de sorte que les gens souffrent et meurent inutilement parce qu’il existe un remède contre le paludisme. J’ai mentionné la bilharziose et les problèmes de goitre, mais il existe de nombreux autres types de maladies dues à une mauvaise nutrition, au manque de soins de santé de base dans les zones rurales et des routes et des ponceaux inexistants qui empêchent les services gouvernementaux d’atteindre les zones reculées. Les gens meurent de coupures, d’ecchymoses ou de coups par les animaux parce qu’ils sont infectés et ne peuvent pas les transporter dans un hôpital éloigné. Il n’y a pas de services d’ambulance en raison de mauvaises routes.

Le Mali est dirigé par un gouvernement autoritaire qui est inefficace pour gouverner l’ensemble du pays étant donné sa grande taille et le manque de fonds pour développer le pays. Quel que soit le développement que vous voyez, il résulte souvent d’une mauvaise planification, d’une mauvaise mise en œuvre et d’une mauvaise administration. Souvent, les Européens leur transmettent leurs technologies obsolètes comme les télécommunications dont l’entretien est coûteux pour un pays très pauvre comme le Mali. Ensuite, il y a la corruption qui prend de nombreuses formes.

Une forme de corruption que je connaissais personnellement était celle de la soi-disant classe instruite qui croyait avoir la réponse à tous les problèmes de son pays si seulement elle avait les ressources. Leur arrogance n’avait pas de limite supérieure mais ils manquaient de substance à leur prétention d’être l’élite éduquée. Leur faute peut être attribuée à leur système éducatif dans un pays d’analphabètes qui les a mal préparés à s’attaquer aux problèmes, mais vous ne trouverez jamais personne pour l’admettre.

Une fois par an, ils se sont tous réunis pour discuter des problèmes de leur pays dans un hôtel climatisé de luxe à Bamako où ils ont prononcé de longs discours pénibles et proposé des résolutions sans fin pour résoudre tous les problèmes, les ont passés solennellement et ont considéré que leur travail était accompli. Peu leur importait que les résolutions antérieures adoptées n’aient jamais été appliquées. Ils sont apparus dans leurs boubous brodés pour la cérémonie qui était de nature purement grotesque mais répétée chaque année. Ils pouvaient avoir 5 heures de réunion pour faire des discours, mais il n’y avait ni substance ni solution concrète à quoi que ce soit, de sorte que le pays restait peu développé, pauvre et sans ressources. Je l’ai appelé la corruption intellectuelle qui avait peu d’égaux.

Entre-temps, les djihadistes ont fait des incursions régulières dans la campagne où ils ont tué à volonté des villageois qui ne voulaient que rester seuls.Le gouvernement français a finalement envoyé une aide militaire pour écraser les terroristes qui ont ensuite disparu comme du brouillard pour réapparaître ailleurs. Ils savaient que les Européens ne resteraient pas longtemps mais ils étaient là pour rester pour créer plus de problèmes. Leurs homologues ailleurs comme Boko Haram, les affiliés de l’Etat islamique ou d’autres suçaient le sang de gens simples afin de leur imposer leurs idéologies dures.

Il y avait d’autres qui étaient également déterminés à amener les païens à leur marque de religion. On les appelle les missionnaires chrétiens qui ont pénétré les régions les plus reculées du Mali pour répandre leur religion qui étaient connus pour leur persévérance.

J’étais un témoin muet de leurs efforts insidieux pour changer le pays, leur culture, leur système de croyances et même leurs vêtements. Ils ont compté leurs progrès par le nombre de personnes qu’ils ont converties et en termes de degré de spiritualité dans leur sujet pauvre en terre, mais rien d’autre.

maxresdefault (3)

Source: Google photo des danseurs Dogon

Il y a une fascination dans la partie francophone de l’Europe pour la musique malienne, leur artisanat brut, la danse tribale au pays Dogon, leur magie noire et leurs rituels païens. Cela leur apporte des touristes qui prennent des photos pour montrer à la maison à quel point ces pauvres gens du Mali sont primitifs mais colorés, mais cela n’améliore pas leur vie afin qu’ils restent pauvres en terre et en arrière.

africa-mali-segou-along-the-niger-river-handicrafts-for-tourists-XBHG5X (2)

Source: Google photo d’artisanat malien

Cette histoire du Mali se répète ailleurs dans de nombreux pays africains qui partagent la même misère avec le Mali qui ne les amène à aucune solution à leurs problèmes. Les ONG collectent une quantité massive de données sur presque tous les sujets mais ne parviennent pas à apporter des contributions utiles pour résoudre les problèmes maliens. D’autres projets vont et viennent mais ne laissent aucune trace de quelque chose d’utile qu’ils ont jamais fait, mais les consultants continuent de présenter de nouvelles propositions de projets qui amènent plus d’étrangers, plus de véhicules et plus de réunions qu’ils appellent des sessions de brainstorming mais les cerveaux maliens ne peuvent pas être pris d’assaut si facilement .

Le peuple malien est pauvre et sans ressources mais il a lui aussi des aspirations et il espère lui aussi une vie meilleure, mais qui lui apportera un avenir meilleur? Qui les sortira du marais de la pauvreté dans lequel ils sont embourbés? Qui apportera un jour des routes et des services de base à leurs villages reculés? Il n’y a pas de réponses.

Veuillez également lire le chapitre 8 intitulé Abject pauvreté du Mali, Afrique de l’Ouest dans mon autobiographie ci-dessous pour en savoir plus sur le Mali.

 

Remarque: mes blogs sont également disponibles en Anglais, espagnol, allemand et japonais aux liens suivants ainsi que ma biographie. 

Mes blogs en Anglais
Mis blogs en espagnol
Blogs von Anil in Deutsch
Blogs in Japanesej
My blogs at Wix site
tumblr posts
Blogger.com
Medium.com
Anil’s biography in English.
Biographie d’Anil en français
La biografía de anil en español.
Anil’s Biografie auf Deutsch
Anil’s biography in Japanese
Биография Анила по-русски

Subscribe

2 commentaires sur « Un pays appelé Mali »

Les commentaires sont fermés.