Un sens de la communauté

1408119569000-AP-Barn-Raising (1) Source: photo Google du peuple Amish construisant une grange ensemble Synopsis: Les villageois de la campagne du Bengale, en Inde, sont illustrés en détail dans le film Pather Panchali de Satyajit Ray. L’accent est mis sur la pauvreté et les problèmes quotidiens que la pauvreté fait ressortir en eux, ce qui laisse de nombreuses questions sans réponse. Le blog examine les plus grandes implications d’une société de castes où les gens ne sont pas traités de manière égale. La colère et la frustration qui en découlent se traduisent par des mots grossiers et vulgaires qui créent des tensions dans leur vie de village, mais les Africains montrent comment les gens peuvent vivre ensemble dans l’harmonie et la paix communautaires. J’ai récemment regardé le film Pather panchali (Song of the road) de Satyajit Ray et j’ai été très impressionné par sa véritable représentation de la vie rurale au Bengale dans les années 1950. Il lui a valu de nombreux prix internationaux et distinctions dans de nombreux festivals de cinéma, dont un Oscar qui l’a établi comme l’un des plus grands réalisateurs de films. Le film tourné en noir et blanc et au format 16 mm serait aujourd’hui considéré comme primitif en termes de technologie, mais c’était un chef-d’œuvre de réalisation de films dans une situation de vie réelle n’utilisant que des acteurs et des actrices qui n’avaient jamais joué le jeu de leur vie. Ray a demandé à un photographe d’utiliser un appareil photo 16 mm emprunté qui n’avait jamais tourné de film mais qui s’est avéré plus tard être un maître caméraman sous la direction experte de Ray. Au début, personne ne prenait Ray assez au sérieux pour trouver l’argent nécessaire pour faire le film parce qu’ils pensaient qu’un tel film ne rapporterait jamais d’argent parce qu’il était trop graphique et artistique que les gens ordinaires ne comprendraient pas ou n’apprécieraient pas, mais il les a tous prouvés. faux. Pather Panchaly est devenu une sensation mondiale qui a prouvé ce qui pouvait être réalisé sur film sous la direction d’un véritable artiste comme Ray. Mais aujourd’hui, j’ai commencé à penser aux implications plus importantes du film qui montrait la plus grande pauvreté dans les campagnes du Bengale et à l’impuissance des villageois qui luttaient au jour le jour pour se nourrir et vivaient dans le piège de la dette dont ils ne voyaient aucun moyen de sortir. Dans le film, l’homme a du mal à trouver quelques roupies pour nourrir sa femme et ses deux enfants tandis que la femme se demande comment obtenir leur prochain repas pendant que son mari est parti à la recherche d’un emploi. Ils vivent dans une maison très délabrée qui les protège à peine des éléments, où le toit fuit toujours et les murs vacillent en s’effondrant lors des fréquentes tempêtes et des fortes pluies de mousson. La description graphique d’un village rural du Bengale vous fera vous tortiller sur votre siège si c’était ce que Ray voulait que vous viviez. Cela m’a sûrement fait me tortiller mais j’ai aussi commencé à réfléchir aux raisons pour lesquelles un tel état déplorable d’existence précaire prévalait dans un pays riche sur les plans agricole, culturel et spirituel. Je ne peux pas vous montrer le film entier qui se compose de 12 parties car il n’a pas de sous-titres en anglais, donc je ne vous présenterai que la première partie du film ici afin que vous puissiez comprendre ce que j’écris. Les visuels sont faciles à comprendre même sans les sous-titres. Remarque: si la vidéo ne joue pas, cliquez simplement sur le lien U tube
Source: tube en U 1408119569000-AP-Barn-Raising (1) Source : Google photo of the Amish people building a barn together Synopsis :  The village people in rural Bengal , India are shown in graphic detail in the movie called Pather Panchali by Satyajit Ray. The focus is on the poverty and the daily issues that the poverty brings out in them that leaves many questions unanswered. The blog looks at the greater implications of a caste ridden society where people are not equally treated. The anger and the frustration that comes with it translate into crude and vulgar words that create tension in their village life but the Africans show the way how people can live together in communal harmony and peace. I  was  recently watching the movie called Pather panchali ( Song of the road )by Satyajit Ray and was very impressed by his true depiction of rural life in Bengal in the 1950s . It won him many international awards and accolades in many film festivals including Oscar that established him as one of the greatest film directors. The movie shot in black and white and in 16 mm format would be considered primitive today  in terms of technology but it was a masterpiece of film making in a true life situation using only actors and actresses who had never done any acting in their life. Ray asked a photographer to use a borrowed 16 mm camera who had never shot a movie but turned out later to be a master cameraman under the expert direction of Ray. At first no one took Ray seriously enough to come up with the money to make the movie because they thought that such a movie would never make money because it was too graphic and artistic that the common people would not understand or enjoy but he proved them all wrong. Pather Panchaly became a worldwide sensation that proved what could be achieved on film under the direction of a true artist like Ray. But today I started to think of the greater implications of the movie that showed utmost poverty in rural Bengal and the helplessness of the villagers who struggled day to day to feed themselves  and lived in the debt trap they saw no way out of. In the movie the man struggles to find a few rupees to feed his wife and two children while the wife wonders how to get their next meal while her husband is away looking for a job. They live in a very dilapidated house that barely shelters them from the elements, where the roof always leaks and the walls teetering on crumbling down during frequent storms and heavy monsoon rains. The graphic description of a rural village in Bengal will make you squirm in your seat if that was what Ray wanted you to experience. It surely made me squirm but I also started to think about the reasons why such deplorable state of precarious existence prevailed in a country that was agriculturally , culturally and spiritually rich. I cannot show you the entire movie that comes in 12 parts because it has no English subtitles so I will present to you only part one of the movie here so that you can understand what I am writing about. The visuals are easy to understand even without the subtitles. Note : If the video does not play then just click on the U tube link
Source : U tube  https://youtu.be/D41F3hWiAI0 The movie shows the wild trees growing everywhere in the village that has no road, no running water and no electricity, no government school or health clinic. The houses are ruins that the residents are unable to fix because they have no money to fix the leaking roof and the crumbling walls. The woman does the cooking and washing while her children are asked to sweep the yard, fetch water and firewood from the forest. The children play like all children and do not mind their poverty. They are bewildered by the passing steam engine train in the distance and wonder at the humming sound of the telegraph poles to which they press their ears. I was always intrigued by the coarse language Bengali women used and still do in rural parts as well as cities so to understand them, you only have to visit the villages or watch a movie like Pather Panchali that lays bare the meanness of the rural women toward each other. They could read and write Bengali so they were not illiterate but the poverty made them so mean to each other whom they hurt with harsh , vulgar and often cruel words. When some men got employed after getting some education , they moved to cities to raise their families but they brought with them the same crude rural culture and language because they had nothing to replace it. They brought with them the same rituals they practiced in their villages, the same tools and utensils , the same belief system and the same way of dressing and eating because it was a part of their culture. They kept a strong connection with their rural kins and sent money to them to help them out or brought  some kids to give them some education and raise them properly because their parents were unable to do so. This connection to their roots is still maintained to some extent although it has started to be frayed around the edges. The next generation of educated people who were born and raised in the cities no longer felt any connection to their rural kins and their problems. This has led to the deterioration of the relationship that their previous generation kept going. I know it from my own experience. When I visited the village during my childhood and even later, I sensed a feeling of alienation from the outside world because nothing there had changed 70 years after the independence, there were still no paved roads, no water, no electricity and no health clinic so people continued to live the same way they always had in a fatalistic way. The village people were religious to their core and followed the tenets of Hinduism assiduously like praying before the holy plant Tulsi in the evening, lighting a clay lamp and blowing the conch shell so one could hear the conch blowing from different households at about the same time. They muttered prayers to their Gods and Goddesses everyday and before their meals. They celebrated Durga Pooja and numerous other such religious events to express their religiosity. They gave alms to the beggars even if they had so little themselves and they always hoped for a better life that never came. So they lived a life full of deprivation, difficulties, uncertain future, pressing need for money for their day to day living, uncertain future for their children, worries about how to get medical help when needed etc. so they showed their vexation at the slightest excuse toward others who were slightly better off and who had a steady source of income from their farms or from their city kins. The families that were better off than others in the village often showed their scorn and contempt for their poor neighbors who were living with all their difficulties daily. The movie shows how a woman cursed the children when they got a few fruits from her trees and accused them of stealing creating great anguish for the poor families. Such meanness and crude language was a product of the village life in Bengal or was it? Why there was no community spirit in their  villages that we find in the African villages or among the Amish communities in Pennsylvania , USA ? What made the Africans or the Amish in the USA care for each other ? If you inject another factor that defines a Hindu anywhere is the caste system that makes the matter worse. A brahmin is supposed to be of the highest caste even if he is poor so people must show him some deference. He does not work with his hands and performs rituals during the thread ceremony ( also called Baptism to make a Brahman) , performs  worships and blessings during the marriage ceremony that earns him a small pittance. Often farmers pay him in kind like a sack of rice or some fish and fruits. The rich brahmins are often the land owners who get a share of the produce from the share croppers but those who do not have any land are often in difficulty to earn a living. This caste system divides people so the higher caste people look down on lower caste people thus deciding the frame work for the social interaction that can be demeaning for the lower caste. But the Muslims and the Christians or others do not have a caste system so everyone is treated equal although some may be more equal than others because of their wealth. The spirit of Africa : I will post here  a video of the way the African communities in West Africa (Burkina Faso) come together to build a house for their neighbor who needed a new house and the joyful way the whole community participated in making a new home. Here is a photo of African children playing together who have no toys or modern gadgets but show love and affection for each other and share whatever they have without hesitation.  Please read my earlier blog called The spirit of Africa  here in this context. Ubuntu-kids-2 (1) Source : Google photo of African children playing together to create bond of friendship
Source : U Tube video of the African spirit In African villages, you will feel a strong sense of community where villagers always help each other by building their houses as shown in the video above , share their food and help raise the children communally. Old people keep an eye on children of others when their mothers are busy doing household chores. If the women have some issues with their neighbors, they bring the matter to the village council to resolve. The village council decides who will cultivate which parcel of land because no one owns any land so there are no land disputes as found in India. The Africans work hard to make their land productive so everyone participates unlike in India where women just stay home and expect the men to earn a living  to feed them. In African villages people live very modestly in their mud houses but they work hard to grow their crops and raise livestock so they always have the basic food they need. Women grow their vegetable gardens near their huts and share the vegetables with their neighbors joyfully. But in Bengal villages the women depend on what they can buy from the village store or what some of their generous neighbors send them once in a while. They too can be self reliant like their African counterparts because the nature is bountiful if they only grow their own vegetable and gather the fish from the village ponds. The Cambodian and the Vietnamese women can put anyone to shame in the way they show how to catch the fish, crabs and shrimps from their rice paddies in the most ingenuous way but the Bengali woman depends on her man. An 18 year old girl in Cambodia builds by herself a very nice hut with the bamboo she cuts herself in the forest and the palm leaves and then shows how to make a strong bed of bamboo as well. She adds a kitchen to her hut, digs a well in the fore yard and a pit latrine all by herself using only very primitive stone tools that she makes to show how self reliant she is while the village woman in Bengal can not fix her dilapidated house and leaking roof so she suffers. When the Amish people arrived in Pennsylvania from Europe to flee persecution there, they were poor and brought with them only their meager belongings but they worked very hard together as a  community to build their homes, their barns and grew their crops to have abundant food that they shared with each other so no one went without food. They fixed the house of their neighbors for free and grew as a self sufficient community over the years. They are very religious and never use harsh words against anyone. This is in sharp contrast to the villagers in Bengal where they lack such strong community spirit so they suffer. Their religion does not make them more compassionate and amiable toward each other that Ray shows so graphically in his movie. I know that they develop lifelong animosity toward their neighbors because of what they said or did long ago in a mean way so they hold the grudge until they die. Ray shows how a very old woman who lived with the family was meanly treated by the woman who was cross with her over silly reasons. The neglected and scorned old woman bent with age , lifelong poverty and the humiliating shame of depending on others for few scraps of food singing her pitiful song alone in the light of a flickering oil lamp in the darkness asking the Lord to take her now will bring tears to your eyes. These are the scenes that will make you squirm. Ray zooms in his camera on her face to show how tragic her life is . I have lived in an African  village in Mali and know that their community spirit is so vibrant. They sing and work together to build a house for some one. They always took our baby daughter on their back and fed her whatever food they had. They showed love for other’s children and a very old man came to our window every morning to wake up our children whom he loved. We were so impressed by the clean and simple houses of the Amish people.Their well behaved and well fed children were taught very good values and manners and raised as devout Christians. They wore simple but very clean clothes. This too is in sharp contrast to the Bengal village people that Ray shows in his movie in infinite details. Personally I can always forgive poverty but can never forgive meanness in people because poverty cannot be or should not be the reason for anyone to behave in a mean manner toward anyone . Learn from the Africans , the Amish and the Mennonite people who show a great community spirit in spite of their very basic and simple life. However, it should not be construed from the movie of Ray that all villagers in India are like the ones in Bengal. The rural folks in other parts of the country also live with great community spirit and build beautiful houses for their neighbors just like in Africa. The humanity always survives when they work together for the greater good of  the community. Satyajit Ray should always be remembered for this movie in which he brings into focus the life of poverty and despair that helps you open your eyes to the reality and the need to be more compassionate toward your fellow beings. He was given the highest award of Bharat Ratna ( Jewel of India ) by the Indian government for his contribution to the film industry that brought him international fame. maxresdefault (5) Source : Google photo of Satyajit Ray Ray received numerous awards and honours, including India’s highest award in cinema, the Dadasaheb Phalke Award (1984) and India’s highest civilian award, the Bharat Ratna (1992). … Often regarded as one of the greatest filmmakers of world cinema, Ray made his directorial debut in 1955 with Pather Panchali. Note : My blogs are also available in French, Spanish, German and Japanese languages at the following links as well as my biography. My blogs can be shared by anyone anytime in any social media. Mes blogs en français. Mis blogs en espagnol Blogs von Anil in Deutsch Blogs in Japanese My blogs at Wix site tumblr posts     Blogger.com Medium.com Anil’s biography in English. Biographie d’Anil en français La biografía de anil en español. Anil’s Biografie auf Deutsch Anil’s biography in Japanese Биография Анила по-русскиu
Subscribe
Le film montre les arbres sauvages qui poussent partout dans le village sans route, sans eau courante et sans électricité, sans école gouvernementale ou dispensaire. Les maisons sont des ruines que les habitants sont incapables de réparer car ils n’ont pas d’argent pour réparer le toit qui fuit et les murs qui s’écroulent. La femme fait la cuisine et la lessive tandis que ses enfants doivent balayer la cour, chercher de l’eau et du bois de chauffage dans la forêt. Les enfants jouent comme tous les enfants et ne se soucient pas de leur pauvreté. Ils sont déconcertés par le train de locomotives à vapeur qui passe au loin et s’émerveillent du bourdonnement des poteaux télégraphiques auxquels ils pressent leurs oreilles. J’ai toujours été intrigué par la langue grossière que les femmes bengali utilisent et font encore dans les zones rurales ainsi que dans les villes, donc pour les comprendre, il suffit de visiter les villages ou de regarder un film comme Pather Panchali qui met à nu la méchanceté des femmes rurales envers l’une et l’autre. Ils savaient lire et écrire le bengali pour ne pas être analphabètes, mais la pauvreté les rendait si méchants les uns envers les autres qu’ils blessaient avec des mots durs, vulgaires et souvent cruels. Lorsque certains hommes ont trouvé un emploi après avoir reçu des études, ils ont déménagé dans les villes pour élever leur famille, mais ils ont apporté avec eux la même culture rurale et la même langue, car ils n’avaient rien pour la remplacer. Ils ont apporté avec eux les mêmes rituels qu’ils pratiquaient dans leurs villages, les mêmes outils et ustensiles, le même système de croyances et la même façon de s’habiller et de manger parce que cela faisait partie de leur culture. Ils ont gardé un lien étroit avec leurs parents ruraux et leur ont envoyé de l’argent pour les aider ou ont amené des enfants pour leur donner une éducation et les élever correctement parce que leurs parents n’étaient pas en mesure de le faire. Ce lien avec leurs racines est encore maintenu dans une certaine mesure bien qu’il ait commencé à s’effilocher sur les bords. La prochaine génération de personnes éduquées qui sont nées et ont grandi dans les villes ne ressentent plus aucun lien avec leurs parents ruraux et leurs problèmes. Cela a conduit à la détérioration de la relation que leur génération précédente entretenait. Je le sais de ma propre expérience. Quand j’ai visité le village pendant mon enfance et même plus tard, j’ai ressenti un sentiment d’aliénation du monde extérieur car rien n’y avait changé 70 ans après l’indépendance, il n’y avait toujours pas de routes goudronnées, pas d’eau, pas d’électricité et pas de dispensaire donc les gens ont continué à vivre de la même manière qu’ils l’ont toujours fait de manière fataliste. Les habitants du village étaient religieux et suivaient assidûment les principes de l’hindouisme comme prier devant la plante sainte Tulsi le soir, allumer une lampe en argile et souffler la conque pour que l’on puisse entendre la conque souffler de différents ménages à peu près au même moment. . Ils murmuraient des prières à leurs dieux et déesses tous les jours et avant leurs repas. Ils ont célébré Durga Pooja et de nombreux autres événements religieux pour exprimer leur religiosité. Ils ont fait l’aumône aux mendiants même s’ils avaient si peu eux-mêmes et ils espéraient toujours une vie meilleure qui ne viendrait jamais. Ils ont donc vécu une vie pleine de privations, de difficultés, d’un avenir incertain, d’un besoin urgent d’argent pour leur vie quotidienne, d’un avenir incertain pour leurs enfants, de s’inquiéter de savoir comment obtenir de l’aide médicale en cas de besoin, etc. ainsi ils ont montré leur vexation à la moindre excuse envers d’autres qui étaient légèrement mieux lotis et qui avaient une source régulière de revenu de leurs fermes ou de leurs parents de la ville. Les familles mieux nanties que les autres du village montraient souvent leur mépris  pour leurs pauvres voisins qui vivaient quotidiennement avec toutes leurs difficultés. Le film montre comment une femme a maudit les enfants quand ils ont obtenu quelques fruits de ses arbres et les a accusés de voler, créant une grande angoisse pour les familles pauvres. Une telle méchanceté et un langage grossier étaient le produit de la vie du village au Bengale ou était-ce? Pourquoi n’y avait-il pas d’esprit communautaire dans leurs villages que l’on retrouve dans les villages africains ou parmi les communautés amish de Pennsylvanie, aux États-Unis? Qu’est-ce qui a poussé les Africains ou les Amish aux États-Unis à se soucier les uns des autres? Si vous injectez un autre facteur qui définit un hindou n’importe où, c’est le système des castes qui aggrave la situation. Un brahmane est censé être de la caste la plus élevée, même s’il est pauvre, donc les gens doivent lui montrer une certaine déférence. Il ne travaille pas avec ses mains et effectue des rituels lors de la cérémonie du fil (également appelé Baptême pour faire un Brahman), effectue des cultes et des bénédictions lors de la cérémonie de mariage qui lui rapporte une petite bouchée de pain. Souvent, les agriculteurs le paient en nature comme un sac de riz ou du poisson et des fruits. Les brahmanes riches sont souvent les propriétaires terriens qui obtiennent une part du produit des métayers, mais ceux qui n’ont pas de terre ont souvent du mal à gagner leur vie. Ce système de castes divise les gens de sorte que les personnes des castes supérieures méprisent les personnes des castes inférieures, décidant ainsi du cadre de travail pour l’interaction sociale qui peut être dégradante pour la caste inférieure. Mais les musulmans et les chrétiens ou d’autres n’ont pas de système de castes, donc tout le monde est traité sur un pied d’égalité, même si certains peuvent être plus égaux que d’autres en raison de leur richesse. L’esprit de l’Afrique: Je posterai ici une vidéo de la façon dont les communautés africaines en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso) se réunissent pour construire une maison pour leur voisin qui avait besoin d’une nouvelle maison et la manière joyeuse de la communauté entière a participé à la construction d’une nouvelle maison. Voici une photo d’enfants africains jouant ensemble qui n’ont ni jouets ni gadgets modernes mais se montrent amour et affection les uns pour les autres et partagent ce qu’ils ont sans hésitation. Veuillez lire mon blog précédent intitulé L’esprit de l’Afrique ici dans ce contexte. Ubuntu-kids-2 (1) Source: photo Google d’enfants africains jouant ensemble pour créer un lien d’amitié
Source: vidéo U Tube de l’esprit africain Dans les villages africains, vous ressentirez un fort sentiment de communauté où les villageois s’entraident toujours en construisant leurs maisons comme le montre la vidéo ci-dessus, partagent leur nourriture et aident à élever les enfants en communauté. Les personnes âgées gardent un œil sur les enfants des autres lorsque leur mère est occupée à faire les tâches ménagères. Si les femmes ont des problèmes avec leurs voisins, elles portent le problème au conseil du village pour qu’il le résolve. Le conseil du village décide qui cultivera quelle parcelle de terre car personne ne possède de terre et il n’y a donc pas de conflits fonciers comme en Inde. Les Africains travaillent dur pour rendre leurs terres productives, donc tout le monde y participe contrairement à l’Inde où les femmes restent simplement à la maison et s’attendent à ce que les hommes gagnent leur vie pour les nourrir. Dans les villages africains, les gens vivent très modestement dans leurs maisons en terre battue, mais ils travaillent dur pour faire pousser leurs cultures et élever du bétail afin qu’ils aient toujours la nourriture de base dont ils ont besoin. Les femmes cultivent leurs potagers près de leurs huttes et partagent joyeusement les légumes avec leurs voisins. Mais dans les villages du Bengale ,les femmes dépendent de ce qu’elles peuvent acheter au magasin du village ou de ce que certains de leurs généreux voisins leur envoient de temps en temps. Eux aussi peuvent être autonomes comme leurs homologues africains parce que la nature est abondante s’ils ne cultivent que leurs propres légumes et récoltent les poissons des étangs du village. Les femmes cambodgiennes et vietnamiennes peuvent faire honte à quiconque dans la manière dont elles montrent comment attraper le poisson, les crabes et les crevettes de leurs rizières de la manière la plus ingénue, mais la femme bengali dépend de son homme. Une jeune fille de 18 ans au Cambodge construit par elle-même une très belle hutte avec le bambou qu’elle se coupe dans la forêt et les feuilles de palmier et montre ensuite comment faire un lit de bambou solide. Elle ajoute une cuisine à sa hutte, creuse un puits dans la cour avant et une latrine à fosse toute seule en utilisant uniquement des outils en pierre très primitifs qu’elle fabrique pour montrer à quel point elle est autonome alors que la villageoise du Bengale ne peut pas réparer sa maison délabrée et toit qui fuit alors elle souffre. Lorsque les Amish sont arrivés en Pennsylvanie d’Europe pour fuir la persécution là-bas, ils étaient pauvres et n’ont emporté avec eux que leurs maigres biens, mais ils ont travaillé très dur ensemble en tant que communauté pour construire leurs maisons, leurs granges et faire pousser leurs récoltes pour avoir une nourriture abondante qui ils partageaient les uns avec les autres pour que personne ne se passe de nourriture. Ils ont réparé gratuitement la maison de leurs voisins et ont grandi en tant que communauté autonome au fil des ans. Ils sont très religieux et n’emploient jamais de mots durs contre qui que ce soit. Ceci est en contraste frappant avec les villageois du Bengale où ils manquent d’un esprit communautaire aussi fort qu’ils souffrent. Leur religion ne les rend pas plus compatissants et aimables l’un envers l’autre que Ray montre si graphiquement dans son film. Je sais qu’ils développent une animosité à vie envers leurs voisins à cause de ce qu’ils ont dit ou fait il y a longtemps d’une manière méchante, alors ils gardent rancune jusqu’à ce qu’ils meurent. Ray montre comment une très vieille femme qui vivait avec la famille a été traitée avec méchanceté par la femme qui lui en voulait pour des raisons stupides. La vieille femme négligée et méprisée pliée avec l’âge, la pauvreté de toute une vie et la honte humiliante de dépendre des autres pour quelques restes de nourriture chantant sa chanson pitoyable seule à la lumière d’une lampe à huile vacillante dans l’obscurité demandant au Seigneur de la prendre maintenant apportera les larmes aux vos yeux. Ce sont les scènes qui vous feront vous tortiller. Ray zoome son appareil photo sur son visage pour montrer à quel point sa vie est tragique. J’ai vécu dans un village africain au Mali et je sais que leur esprit communautaire est si vivant. Ils chantent et travaillent ensemble pour construire une maison pour quelqu’un. Ils prenaient toujours notre petite fille sur le dos et lui donnaient la nourriture qu’ils avaient. Ils ont montré de l’amour pour les enfants des autres et un très vieil homme est venu à notre fenêtre tous les matins pour réveiller nos enfants qu’il aimait. Nous avons été tellement impressionnés par les maisons propres et simples du peuple Amish. Leurs enfants bien élevés et bien nourris ont appris de très bonnes valeurs et de très bonnes manières et ont été élevés en chrétiens dévots. Ils portaient des vêtements simples mais très propres. Cela contraste également avec les villageois du Bengale que Ray montre dans son film dans des détails infinis. Personnellement, je peux toujours pardonner la pauvreté, mais je ne peux jamais pardonner la méchanceté aux gens parce que la pauvreté ne peut pas ou ne devrait pas être la raison pour laquelle quiconque se comporte d’une manière méchante envers quiconque. Apprenez des Africains, des Amish et des Mennonites qui font preuve d’un grand esprit communautaire malgré leur vie très basique et simple. Cependant, il ne faut pas interpréter à partir du film de Ray que tous les villageois en Inde sont comme ceux du Bengale. Les ruraux d’autres régions du pays vivent également avec un grand esprit communautaire et construisent de belles maisons pour leurs voisins, tout comme en Afrique. L’humanité survit toujours lorsqu’elle travaille ensemble pour le plus grand bien de la communauté. On doit toujours se souvenir de Satyajit Ray pour ce film dans lequel il met en lumière la vie de pauvreté et de désespoir qui vous aide à ouvrir les yeux sur la réalité et le besoin d’être plus compatissant envers vos semblables. Il a reçu la plus haute distinction de Bharat Ratna (Joyau de l’Inde) par le gouvernement indien pour sa contribution à l’industrie cinématographique qui lui a valu une renommée internationale. maxresdefault (4) Source : Google photo de Satyajit Ray Ray a reçu de nombreux prix et distinctions, dont la plus haute récompense de cinéma en Inde, le Dadasaheb Phalke Award (1984) et la plus haute distinction civile de l’Inde, le Bharat Ratna (1992). … Souvent considéré comme l’un des plus grands réalisateurs du cinéma mondial, Ray fait ses débuts en tant que réalisateur en 1955 avec Pather Panchali. Remarque: mes blogs sont également disponibles en Anglais, espagnol, allemand et japonais aux liens suivants ainsi que ma biographie. Vous pouvez partager mes blogs avec n’importe qui à tout moment dans n’importe quel média social. Mes blogs en Anglais Mis blogs en espagnol Blogs von Anil in Deutsch Blogs in Japanese My blogs at Wix site tumblr posts Blogger.com Medium.com Anil’s biography in English. Biographie d’Anil en français La biografía de anil en español. Anil’s Biografie auf Deutsch Anil’s biography in Japanese Биография Анила по-русски Subscribe

2 commentaires sur « Un sens de la communauté »

Les commentaires sont fermés.